2. Pourquoi le mensonge vous fascine-t-il autant ?

Sous cet onglet au titre en apparence prétentieux par le jugement qu’il semble prononcer et dont tout un chacun peut bien se moquer, sous cet onglet, dis-je, se succèdent en réalité divers éclaircissements au sujet des relations que vous entretenez avec les idées, les croyances et les philosophies qui foisonnent dans le monde et que peut-être vous avez embrassées sans en connaître les conséquences sur le cours de votre vie. Dénoncer devient alors ici une mise en garde vertueuse face à des choix souvent irréversibles. Si on se réfère à son étymologie, dénoncer c’est d’abord « faire savoir, déclarer, annoncer » avec, aujourd’hui, le sens de le dire publiquement en désapprouvant ce que justement on dénonce. Ce mot, employé ici, ne véhicule aucune accusation et encore moins une condamnation puisque ce n’est pas un jugement mais seulement la volonté d’amener le lecteur à réfléchir objectivement sur la source des pensées et des croyances qui dictent ses choix de vie. Il sont eux-mêmes le résultat des traditions que la communauté à laquelle nous disons appartenir nous a enseignées comme justement étant les signes obligatoires de cette appartenance.

 

L’objet de ces pages est donc de vous avertir à propos de toutes sortes d’affirmations fausses, véhiculées le plus souvent par de nombreuses doctrines par motif de séduction et qui détournent ceux qui les écoutent de la Vérité de Dieu. En effet l’homme est naturellement enclin à écouter et à croire ceux qui leur racontent des choses agréables et flatteuses plutôt que ceux qui leur montrent leurs erreurs et leurs défauts. Pour mieux le comprendre utilisons un exemple de la vie courante. Supposons qu’un médecin vous diagnostique une tumeur cancéreuse en phase précoce et vous préconise une simple intervention chirurgicale pour l’enlever. Pas convaincu, vous consultez un second médecin qui n’actualise pas forcément ses connaissances médicales mais est connu pour sa façon encourageante à traiter ses malades et qui vous dit qu’il n’y a rien de grave. Après cette visite vous sortez rassuré par ce médecin sympa et vous dénigrez l’autre qui s’est montré si alarmiste. Mais deux ans plus tard vous devenez très malade, la tumeur n’est plus opérable et a essaimé des métastases. De quoi aviez-vous besoin deux ans auparavant, d’un encouragement ou de la vérité ?

 

SOMMAIRE A VENIR

Les religions

Le judaïsme

Le christianisme

L’islamisme

Les philosophies

Pseudo-religieuses

Athéistes

Humanistes

Idéologiques

Les comportements

Les manipulations

L’occultisme

 

Il y a une origine à tout

Donc, quelles que soient vos pensées et vos croyances, elles sont, dans l’absolu, toutes aussi respectables les unes que les autres puisque, par définition, vous êtes libres de les avoir ; du moins, c’est ce qu’on pense ! L’un pense ceci, l’autre pense exactement le contraire nous amenant à croire alors que cela contribue à la liberté de chacun ; d’accord, voilà l’argument intellectuel le plus simple et le plus commun qui conforte votre opinion. Ainsi, selon ce principe, il n’y aurait rien à dénoncer puisque a priori, votre opinion sur n’importe quel sujet vaut celle des autres. Pourtant, tous les jours et même plusieurs fois par jour, nous dénonçons tous des actes, des idées et des croyances selon la définition évoquée plus haut, en se basant sur des standards de pensées eux-mêmes issus de règles dont on oublie d’en tracer l’origine. C’est donc de l’origine et des conséquences des règles que vous approuvez dont nous allons parler ici, parce que, finalement, vous les approuvez ces règles, puisque vous les pratiquez et vous les pratiquez puisque vous les acceptez pour vraies, sinon on peut supposer que vous ne les pratiqueriez pas !

 

Prenons un exemple extérieur au discours, volontairement simple et caricatural. La plupart des écureuils des zones froides, qu’ils soient terrestres ou arboricoles, font des réserves de graines pour passer l’hiver. Ils accumulent dans une cachette leurs provisions glanées à grand renfort d’énergie pour les trouver puis les acheminer. Il est fréquent qu’un autre écureuil trouve moins fatigant de constituer ses propres réserves en se servant directement dans la cache d’un congénère parfois au prix d’une bonne bagarre si l’autre le surprend et ça s’arrête là ! Sur cet exemple, pourquoi ne pénétrez-vous pas dans le potager de votre voisin pour remplir votre réfrigérateur ? Tout simplement parce qu’une règle de morale a introduit la notion de vol que ne connait pas notre écureuil ni même aucun animal puisqu’il n’a pas non plus la notion de propriété des choses mais seulement l’instinct de défense d’un territoire uniquement pour assurer sa subsistance.

Des règles, mais lesquelles ?

Ainsi pour dénoncer, il faut se référer à des règles : je dénonce un criminel parce qu’il a enfreint les règles que j’approuve et qui ont été édictées par une majorité qui les a approuvées. Or, je vous le rappelle que nous nous proposons ici de remonter à la source de ces règles qui dirigent nos vies pour savoir si elles contribuent à nous rendre l’existence agréable. Donc la question que vous êtes en droit de poser maintenant est de savoir quelles règles vont servir de référence et pourquoi ?

 

Si vous êtes observateur, en parcourant chaque pages de l’onglet « Dénoncer », vous aurez tôt fait de remarquer que tout ce qui existe dans le monde de la pensée s’accorde pour s’opposer de près ou de loin à une seule chose : la Parole de Dieu diffusée au travers du livre le plus vieux de l’humanité, la Bible. Par d’autres mots, bien que nos sociétés partout dans le monde soient construites sur les principes moraux de la Bible, ces mêmes sociétés et les individus qui les composent mettent tout en œuvre pour les nier et les supprimer.

 

Ne vous arrêtez pas sur cette assertion que vous voulez contester et ne vous irritez pas inutilement sans connaître les arguments du discours mais plutôt prenez patience ! Je souhaite dès à présent vous interpeler sur pourquoi cette simple affirmation vous dérange voire agace vos certitudes au point que la seule issue que vous envisagez serait la fuite ? Or la fuite a son origine dans la peur. Mais la peur de quoi sinon de ce qu’on ne connait pas ou qu’on ne comprend pas ? Si on a peur des arguments d’autrui c’est qu’on n’a pas confiance en les siens ou qu’on ne sait pas se placer ailleurs que dans le domaine rassurant de l’intelligence collective qui pense pour nous alors qu’on parle ici de sujets individuels qui ne font pas appel aux raisonnements qui dirigent votre vie. De plus, la peur est un sentiment de crainte. Aussi peut-on donner du crédit à un sentiment par essence volatil ? Aujourd’hui j’aime une chose ou quelqu’un et demain non. Parcourez toutes ces pages et comparez leurs contenus à vos convictions pour voir si finalement à la fin de votre vie vous n’aurez pas des regrets. « Prétentieux ! Mais ma vie est réussie ! » Et bien justement, vérifiez que c’est le cas, vous pourriez être surpris ! De mon côté, en vous avertissant, j’aurai obéit à Dieu quand vous, vous aurez raté l’occasion qui pouvait changer le reste de votre vie et surtout votre éternité :

 

« Tu écouteras la parole qui sort de ma bouche et tu les avertiras de ma part. Quand je dirai à celui qui me rejette (le méchant dans la Bible) tu mourras, si tu ne l’avertis pas, si tu ne parles pas pour le détourner de sa mauvaise voie et pour lui sauver la vie, il mourra dans son iniquité et je te redemanderai son sang. Mais si tu l’avertis pour le détourner de sa mauvaise voie et de sa rébellion envers moi et qu’il ne s’en détourne pas, il mourra dans son iniquité mais toi tu sauveras ton âme. » Ezéchiel 3/17-19